Révolutions 2019 de l’atelier : N°1 ~ des bois toujours locaux et désormais l’accès à des essences précieuses

Alors, oui, c’est vrai, janvier 2019 est passé depuis un petit moment. Donc les résolutions… sont un peu tardives ? Bon, en fait, c’est plutôt ce billet de blog qui est un peu tardif. En réalité, toutes les nouveautés dont je vais vous parler aujourd’hui ont commencé à être mises doucement en place dès mon arrivée en Normandie en janvier. Alors… je ne suis pas si en retard que ça !

J’ai quatre grandes résolutions – évolutions – révolutions à vous annoncer qui feront l’objets des trois prochains articles (comprenant celui-ci).

Comme vous le savez surement si vous suivez l’atelier depuis ses débuts, j’ai toujours travaillé avec des bois que je récoltais moi même ou bien des planches upcyclées. Le bois est une matière vivante et noble, précieuse, qu’il me tient à cœur de respecter et de mettre en valeur en ayant le moins de perte de possible.

Cependant, cette année, l’atelier évoluant à vitesse grand V, j’ai besoin de plus de bois et surtout de bois de qualité déjà secs (même très secs, entre 5 et 10 ans de séchage sont nécessaires, selon le type de bois afin qu’ils soient utilisables !). J’ai donc débuté un partenariat avec trois autres professionnels du bois :

Antoine, ébéniste du Calvados

Antoine a rouvert cette année l’atelier de son grand père ouvert en 1942 pendant la guerre et fermé depuis les années 70. Désireux de travailler en collaboration avec d’autres artisans et d’ainsi créer avec Benjamin et moi même un lien fort d’entraide et de coopération artisanale et locale, il me fournit désormais des bois secs, locaux, aux essences surprenantes. Il sélectionne les plus beaux morceaux de bois de son stock, toujours normands et issus de coupes nécessaires ou alors de forêts gérées durablement (et vraiment durablement). Ainsi, la pollution liée au transport est extrêmement limitée, ce sont des bois absolument non traités et vos acquisitions permettent aussi de faire vivre un autre artisan normand.

Ebeniste dans son atelier en Normandie, préparant le bois pour les coffrets en bois massif de l'atelier de La lettre aux ours - Missive to Bears, artisanat écologique, bois local
Antoine, au fond, préparant son bois pour mes coffrets en bois massif

Noyer, merisier, if et même séquoia (tout droit venu du domaine d’un château normand s’il vous plait !) font leur apparition dans mon travail, pour mon plus grand plaisir !

Damien, élagueur lui aussi du Calvados

Damien nous fournit les chutes des coupes qu’il doit faire chez des particuliers en Normandie afin que nous les mettions à sécher à l’atelier, pour donner une seconde vie à ces bois ! Il est élagueur professionnel, très sensible au respect de l’arbre : il ne coupe que ce qui est strictement nécessaire (pour des raisons de sécurité bien souvent) et fait tout son possible pour ne pas faire de dégâts sur l’arbre.

Damien, en plein élagage !

Benjamin de la Forge d’Asgeir

Mon cher et tendre lui aussi s’allie à ma démarche et me fournit ses chutes de bois utilisées pour faire les manches de ses couteaux afin qu’il n’y ait pas de gaspillage ! Il me garde absolument tous les morceaux afin que je fasse moi même une sélection des plus belles chutes, méritant elles aussi d’être travaillées et mises en valeur notamment au travers de ma nouvelle collection de bijoux parue le 5 avril 2019 : les Barotanies.

Benjamin Albrycht, forgeron coutelier de la Forge d'Asgeir, artisan normand dans la Manche
Benjamin, sectionnant en tronçons l’un des bouleaux abattus par la tempête de notre jardin-forêt dans la Manche

Ainsi,vous retrouverez par exemple du bois de padouk (d’ailleurs déjà upcyclé une fois par Benjamin puisque venant d’un marqueteur à la retraite) avec lequel étaient faits les ponts des bateaux de la marine anglaise, de la ronce de noyer (oui,vous savez, les tableaux de bord des Rolls-Royce ? Upcyclé lui aussi déjà une fois), du pichpin fumé du Canada, loupe de bouleau de Laponie, buis, if, bruyère sauvage corse de 200 ans (protégée mais coupée par les autorités locales pour empêcher la propagation d’incendie), etc.

Le bois, sous toutes ses formes donc, est donc toujours local et écoresponsable, parce que la Nature, ma source d’inspiration première, mérite tous les efforts de préservation qui sont en mon pouvoir en tant que créatrice d’objets d’art et de décoration en bois, pour vous donner une alternative d’achat dans ce domaine.

Alors n’hésitez pas à me poser des questions sur l’origine du bois de chaque pièce, j’y répondrai avec grand plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :